Tout d'abord une introduction sur le délestage et pourquoi devons-nous faire du délestage chez soi ? Regardons de plus près les tarifs de l'électricité : en option de base, on voit que les abonnements annuels pour 3, 6 et 9kVA vont de 55 à 76€. Mais le passage à 12kVA coûte cher puisque nous passons à 118€. Idem pour l'option heures creuses, les 6 et 9kVA sont à 79 et 94€ alors que le passage à 12kVA coûte 62€ de plus pour 156€ annuel ! Bref, nous voyons tout de suite que, en appartement ou même en maison, il est judicieux de rester à 6 ou 9kVA. Avec de tels abonnements, ErDF plombera votre disjoncteur sur 30A (6kVA) ou 45A (9kVA).
La contrepartie, c'est que vous vous engagez à ne pas consommer plus de 45A (nous prendrons le cas d'un abonnement 9kVA) sans quoi votre disjoncteur général déclenchera et vous vous retrouverez "dans le noir"... Vous devrez ensuite couper certains appareils pour réenclencher et éviter de vous retrouver à nouveau dans le noir. Bref, c'est contraignant, c'est fait pour ça ! :lol: Mais un appareil est là pour vous sauver : le délesteur. Ce petit bloc peut s'insérer dans votre tableau électrique (généralement 3 ou 4 modules de large) et surveille en permanence votre consommation générale. Le schéma ci-dessous vous présente un modèle standard, permettant de délester un circuit de 15A maximum sans relayage : on pourrait donc facilement délester 2 convecteurs de 1500W par exemple, le temps de laisser passer une pointe de courant (madame utilise son four ou ses plaques électriques par exemple), gagner 15A et éviter ainsi le déclenchement intempestif du disjoncteur général.
delesteur.png
Mais comment ça fonctionne concrêtement ? En fait, le délesteur surveille le courant général que vous consommez : quand il s'approche trop de 45A, il va ouvrir automatiquement le circuit délestable (dit circuit non prioritaire) pendant plus ou moins 5 minutes. Le courant général chute alors d'un coup, d'une valeur égale au courant consommé par le circuit délesté, pouvant atteindre 15A dans notre exemple. Au bout des 5 minutes, le délesteur tente de réalimenter le circuit délesté, si le courant général atteint encore 45A il coupe à nouveau, sinon il maintient. Et ainsi de suite, en permanence. Bien évidemment, les circuits délestables sont généralement des circuits de chauffage, de type convecteur, panneau rayonnant et sèche-serviette, c'est-à-dire des circuits énergivores mais pour lesquels une coupure de 5 ou 10 minutes sera presque transparente et non ressentie.

Passons maintenant à l'utilisation possible de l'IPX800V3 en délesteur. Pour mesurer le courant général, nous utiliserons une pince ampèremétrique et les entrées analogiques de l'IPX : la pince sera étalonnée pour que votre courant max (abonnement EDF, 45A dans l'exemple) donne une tension vue par l'IPX de l'ordre de 3V, nous laissant ainsi 0,3V de marge avant d'atteindre le max mesurable en entrée de l'IPX. Si vos radiateurs n'ont pas de fil pilote, le montage ci-dessous est un exemple.
nsch10a.png
Nous utilisons les 4 entrées analogiques pour faire du délestage dit "en cascade". En effet, en programmant 4 seuils différents nous pourrons délester les circuits un à un plutôt que tous ensemble. Nous pourrons programmer 33-34A en entrée 1, 37-38 en 2, 41-42 en 3 et enfin 43-44A en entrée 4. L'entrée 1 pilotera la sortie 1 (mode impulsion de 5 minutes), l'entrée 2 la 2 idem et ainsi de suite. De cette manière, nous délesterons progressivement les radiateurs jusqu'à atteindre 3600W délestés, soit environ 15A, le tout sans délesteur ni relayage, uniquement l'IPX et le capteur ampèremétrique. :-D
Inconvénient de cette solution sans fil pilote : si vraiment vous avez un besoin ponctuel sur un radiateur, et que ce dernier est en cours de délestage, alors il ne pourra pas fonctionner puisqu'il ne sera plus du tout alimenté. Pour reporter le délestage sur un autre appareil, il vous faudra agir manuellement sur la sortie de l'IPX concernée pour la réenclencher.

Voici une bonne transition pour vous parler de la solution suivante, avec fil pilote. Dans cet exemple, vous devrez utiliser les fameuses petites diodes, type 1N4007, pour créer un ordre d'arrêt reconnu par vos radiateurs. L'autre ordre, à savoir pas de tension, signifiera le fonctionnement normal ou confort à vos radiateurs. Le principe des seuils d'entrées analogiques et des sorties associées reste le même, vous bénéficierez toujours d'un délestage en cascade "haut de gamme", permettant de délester 4 groupes différents d'appareils, sans limite de puissance cette fois-ci puisque l'IPX n'agit que sur le fil pilote.
nsch10b.png
Avantage de cette solution : si vous souhaitez vraiment le fonctionnement d'un appareil délesté, alors il vous suffit d'agir sur son sélecteur de mode, et sortir du mode auto tributaire du fil pilote. Vous pouvez repasser facilement dans un mode de chauffage forcé, reportant ainsi le délestage sur d'autres sorties de l'IPX si nécessaire (puisque le courant risque d'augmenter à nouveau et passer ainsi un seuil supérieur).

Références :
- les tarifs 2012 de l'électricité
- le fil pilote : comment ça marche ?
- commander son chauffage électrique avec l'IPX.