nmschgen.png
Je commence par les appareils connectés en sortie de l'IPX, dans l'ordre. Comme vous pouvez constater, j'utilise désormais les 8 sorties possibles, en attendant une extension selon mes besoins futurs.

En R1 et R2 : un circuit d'éclairage sur chaque sortie, commandé par un télérupteur. Comme le télérupteur était déjà là, rajouter l'IPX a été un jeu d'enfant. Les boutons poussoirs de la maison sont toujours fonctionnels, l'IPX est venue se rajouter comme un autre bouton poussoir. En R1 il y a le rez-de-chaussée (salon+entrée) et en R2 il y a l'étage (escalier+mezzanine). Ce montage permet quelques commandes depuis le PDA mais surtout de la simulation de présence par commande aléatoire (programme dans le NAS) ou par les timers de l'IPX. Ces sorties 1 et 2 sont programmées en mode impulsionnel d'une demi-seconde.
Inconvénient actuel du montage (et donc évolution possible) : je n'ai pas le retour d'état des lampes car mes télérupteurs sont unipolaires... :rol:
En R3 : une télécommande radio pour mettre en service l'alarme de la maison, indépendante de la domotique et de l'IPX800. Ce montage ne permet pas l'arrêt de l'alarme, c'est uniquement pour l'enclencher à distance en cas d'oubli. D'ailleurs, pour raison de sécurité, je ne souhaite pas que l'arrêt de l'alarme puisse être commandé par l'IPX. Cette sortie 3 est programmée en mode impulsionnel d'une seconde, simulant ainsi la pression d'un doigt sur la télécommande
Inconvénient qui ne sera jamais réglé (à moins de changer de système d'alarme) : je n'ai pas le retour d'état de la mise en service effective de l'alarme... :-(

En R4 : l'alimentation du modem-routeur de la maison, assurant la connexion à internet et la supervision du réseau Ethernet (routeur, passerelle, logs, etc). Elle est utilisée par le "ping watchdog" de l'IPX pour redémarrer le modem-routeur en cas de blocage. Les serveurs DNS de mon FAI sont en effet surveillés pour, en cas de non-réponses successives, entraîner l'arrêt et le redémarrage du modem-routeur. Cette sortie 4 est donc programmée en mode impulsionnel de 5 secondes. Le ping watchdog, lui, teste toutes les minutes et commande la sortie au bout de 3 essais infructueux.

En R5 : la commande de mon portail motorisé, en utilisant une entrée TOR sur la carte électronique de l'automatisme (Faac). Cette entrée permet l'ouverture du portail lorsqu'une impulsion (court-circuit fugitif) est détectée. Cette sortie 5 est donc programmée en mode impulsionnel d'une demi-seconde.
Inconvénient : la même impulsion ferme le portail s'il est ouvert, et l'ouvre s'il est fermé. Du coup il n'y a pas de retour d'état possible, à moins d'utiliser une entrée numérique de l'IPX, associé à un capteur externe. Par chance, ma carte électronique possède une sortie "portail fermé" délivrant 0 ou 24V : en passant par un relais, je pourrai récupérer cette info en entrée de l'IPX.

En R6 : la commande de ma porte de garage, sur le même principe que le portail. L'automatisme Somfy possède également une entrée TOR pour ouverture et fermeture de la porte.
Même inconvénient : à savoir qu'il n'y a pas de retour d'état, il faudra que je passe par un capteur externe et une entrée numérique de l'IPX. Car cette fois-ci, la carte électronique n'a rien pour m'aider : pas de sortie capable de redonner l'info "porte fermée".

En R7 : le contacteur jour/nuit du chauffe-eau. Ce branchement permet un asservissement "intelligent" du chauffe-eau par timer, logique programmée et commande manuelle. Actuellement le chauffe-eau ne fonctionne que de 2h00 à 5h00 du matin, tous les jours. Il peut également être asservi à la couleur du jour tempo et à la demande en eau chaude durant la journée qui précède. Pour cette sortie 7, bien évidemment pas de mode impulsionnel mais un on/off normal.

En R8 : la commande de ma VMC. Etant en maison récente (2008) je n'ai aucun problème d'humidité dans la maison. J'ai donc choisi de ne plus faire fonctionner ma VMC 24h/24 mais plutôt lors d'une présence dans la maison. Ma petite famille ayant des horaires assez fixes, ce sont des timers qui pilotent cette sortie 8, en mode on/off bien sûr.

Passons maintenant aux circuits reliés en entrées de l'IPX.
En An1 à 3 : un capteur SHT-X3 incluant 3 capteurs, température, luminosité et humidité. Le capteur sera situé à terme à l'extérieur, il est pour l'instant dans mon garage... Il me permet de savoir si j'ai oublié la lumière dans le garage ou pas... :lol:
En entrée Ct1 : un compteur à impulsion permettant de suivre la consommation générale de la maison.
En entrée Ct2 : un autre compteur permettant de suivre la consommation de mes pompes à chaleur (chauffage air/air de toute la maison).
En entrée Ct3 : un autre compteur permettant de suivre la consommation de mon ballon d'eau chaude (300l et 3000W).
En entrée E4 : le contact "heures creuses" de mon compteur EDF.
Dans la baie informatique :
- le modem-routeur de la maison, gérant la connexion internet et la passerelle avec le switch de la maison, il fait également office de point d'accès wifi, c'est lui qui est relié à l'IPX en R4,
- un onduleur 1000VA on-line double conversion sur lequel sont reliés tous les équipements de la baie ainsi que l'IPX, le portail et la porte de garage automatisés. Cet onduleur est relié au NAS pour l'arrêter "proprement" en cas de coupure de courant supérieure à une heure.
- le switch Gigabit reliant au modem-routeur toutes les prises Ethernet de la maison ainsi que l'IPX et les équipements de la baie. De gamme pro, il gère très bien la coactivité entre, par exemple, le NAS 1000MB full duplex et l'IPX 10MB half duplex.
- le NAS Synology qui permet notamment l'archivage en base de données du flux XML de l'IPX et l'hébergement d'un site PHP que j'ai écrit pour avoir une télécommande sur PDA.
Je termine donc par le PDA, un vieux modèle HP iPaq à écran tactile permettant d'accéder au serveur web du NAS via une connexion wifi. Je m'en sers donc de télécommande générale permettant d'avoir l'état des entrées de l'IPX et de commander toutes les sorties à volonté. Le site PHP que j'ai écrit permet de lire le flux XML de l'IPX et de commandes ses sorties par connexion TCP (protocole M2M de GCE).