A chaque appui, l'interrupteur change de position. Le principe rejoint celui d'un stylo sur lequel il faut appuyer au bout pour faire sortir la mine : une pression la mine sort (et reste sortie), une nouvelle pression et la mine rentre (et reste rentrée). Le télérupteur agit de la même manière : une impulsion sur un des boutons poussoirs et il change de position, une nouvelle impulsion idem, et ainsi de suite. L'avantage c'est qu'un télérupteur ne consomme absolument rien quand il est dans une position ou l'autre. Ci-dessous un schéma pour bien comprendre, avec l'aide du site http://entraidelec.com.
nsch20.png
Petit défaut du télérupteur "simple" ou unipolaire : on ne peut pas connaître sa position puisque le circuit de commande n'est basé que sur des impulsions. Il faudrait à la rigueur surveiller l'intensité dans le circuit commandé : si I nul le circuit n'est pas alimenté, si I>0 le circuit est alimenté (mais tout cela est bien fastidieux). En revanche, en utilisant un télérupteur bipolaire à la place d'un unipolaire, alors on peut utiliser un des contacts pour "lire" son état en utilisant une entrée numérique de l'IPX800. La solution est là, mais elle ne vaut que pour les circuits pour lesquels la norme admet qu'on ne coupe que la phase. Le schéma ci-dessous vous montre le principe.
nsch20c.png
Pour le contacteur, le principe est différent : il agit comme un relais qu'il faut alimenter pour passer en position ON. S'il n'est plus alimenté, alors il reprend sa position OFF. Il peut donc y avoir plusieurs points de commande mais il faut s'assurer que l'alimentation soit la même sinon on peut rapidement mettre en parallèle plusieurs alimentations différentes, ce qui n'est pas toujours très bon. Petit inconvénient : quand un contacteur est alimenté, il consomme un peu, du fait de la bobine qui permet de maintenir la position ON. Gros avantage : on connait forcément sa position : s'il est alimenté il est ON, sinon il est OFF. Ci-dessous un exemple de montage, pour commander des lampes avec un détecteur de luminosité. Le détecteur agit bien comme un interrupteur et non comme un bouton poussoir.
nsch20b.png

NOTA : des schémas animés sont disponibles sur le web, pour bien comprendre le fonctionnement d'un télérupteur et d'un contacteur. Vous avez par exemple un schéma pour le contacteur jour/nuit d'un chauffe-eau ici et un schéma pour un télérupteur ici.