Pour commencer, regardons la page d'accueil.
embed1.png
Tout en haut, on trouve l'état général des 32 entrées/sorties de l'IPX800V3 et ses extensions X880 possibles. Dans la colonne de gauche on trouve les liens de commandes des sorties et affichages des entrées, avec l'état des 3 compteurs juste en-dessous. Sur la droite, on trouve l'état de la future téléinfo, avec en-dessous l'état des 4 entrées analogiques. Au centre-haut, on trouve la date et l'heure de l'IPX, mis à jour automatiquement. Au centre-bas, on voit les boutons CAM permettant de piloter jusqu'à 4 caméras. Enfin, tout en bas, on trouve les liens du menu général de l'IPX.

La page ci-dessous s'ouvre si vous cliquez sur le bouton In (pour Input = entrée) du bloc CONTROL. Si vous avez choisi le bouton 1 (donc l'IPX800V3) alors on accède aux 8 premières entrées numériques. Si vous choisissez le bouton 2 (première extension X880) alors on accède aux entrées 9 à 16 et ainsi de suite.
embed2.gif

Pour visualiser les sorties, le principe est le même, il faut choisir sa carte (IPX800 ou extension X880) parmi les boutons 1 à 4 puis cliquer sur Out (pour sortie). Vous avez alors la fenêtre centrale qui s'ouvre avec les 8 sorties, leur nom et leur état.
embed2.png

En cliquant sur un des trois compteurs, on arrive à la page d'administration des compteurs, où l'on pourra les nommer et éventuellement leur forcer une nouvelle valeur.
embed3.png

Tout en haut à droite de la page d'accueil, on peut voir le lien Edit (pour les sorties et pour les entrées). Si on clique sur le "Edit" des sorties, on accède à la page d'administration des sorties, où l'on pourra nommer une sortie, gérer ses paramètres de push et d'email, et éventuellement la rendre impulsionnelle en appliquant un Tb non nul, et éventuellement retarder l'impulsion en appliquant un Ta non nul.
embed4.png

Le principe est le même pour les entrées : il faut cliquer sur le "Edit" des entrées pour pouvoir les paramétrer. Sur l'écran ci-dessous on pourra, comme pour les sorties, gérer les paramètres de push et d'email, renommer l'entrée, et programmer un mode d'assignation à une ou plusieurs sorties.
embed5.png

En cliquant sur une entrée analogique depuis la page d'accueil, on accède à sa page d'administration, comme celle ci-dessous. On pourra y nommer l'entrée et choisir le type de capteur branché. On peut ensuite régler des seuils pour asservir une ou plusieurs sorties de l'IPX800.
embed6.png

En cliquant sur PRESET dans le menu général de la page d'accueil, on accède à la page ci-dessous. C'est un peu la page générale de commandes des sorties, elle a peu d'utilité en soi, elle permet surtout de découvrir la syntaxe des commandes http permettant de piloter les sorties de l'IPX800.
embed7.png

En cliquant sur TIMERS, on peut accéder aux paramétrages des 128 timers de l'IPX800. On choisit d'abord le timer que l'on veut régler, puis on lui indique ses paramètres : jour, heure, sortie concernée et son état forcé. On retrouve ensuite la liste des 128 timers et leur programmation associée, très pratique pour retrouver une vue d'ensemble de l'état des timers déjà paramétrés.
embed8.png

Avec DYNDNS, on peut paramétrer l'IPX800 pour la rendre accessible depuis internet, par l'intermédiaire d'un serveur de DNS dynamique dans le cas où l'adresse IP de votre box change régulièrement et automatiquement. Vous choisissez votre service parmi les 4 géants du secteur à savoir dyndns, no-ip, dnsomatic et ovh. Vous donnez ensuite vos identifiants (utilisateur et mot de passe) et pour finir votre nom de domaine (host).
embed9.png

Avec LAN SETTINGS, vous accédez à la page générale des réglages réseau de votre IPX. Si vous ne maîtrisez pas ces réglages, cochez le DHCP. Sinon vous pouvez changer le nom d'hôte réseau de votre IPX (je vous conseille de laisser IPX800_V3), son adresse MAC (idem, ça ne sert à rien de changer) et son adresse IP (là vous pouvez choisir, en respectant bien évidemment les règles de base pour un réseau local). Ensuite vous devez indiquer à l'IPX800 la passerelle de votre réseau, son masque de sous-réseau ainsi que vos serveurs DNS. Pour finir, c'est ici que vous activer ou pas la protection par mot de passe pour accéder à votre IPX : si vous cochez la case, veillez à bien noter vos identifiants (utilisateur et mot de passe).
embed10.png

Dans ADVANCED SETTINGS, on peut accéder à 2 autres pages de paramétrage. La première permet de régler les fonctionnalités suivantes : on pourra activer ou pas le mode "mémoire" qui permet, après une coupure de courant, de laisser les relais de sorties dans leur état avant coupure, ou de les remettre à off. On peut changer le port réseau d'accès http à l'IPX (pour les utilisateurs avertis seulement). On peut choisir son fuseau horaire (Paris-France c'est +1). Et on peut changer le serveur NTP utilisé pour la mise à l'heure automatique de l'IPX (je vous conseille de ne pas changer).
embed11.png
La deuxième page du menu ADVANCED SETTINGS permet de régler les paramètres du serveur SMTP que l'IPX utilisera pour envoyer ses emails. Si vous n'utilisez pas cette fonctionnalité d'envoi de mail, bien évidemment vous ne réglez rien ici. Sinon il vous faudra indiquer l'adresse du serveur (sans http://), le port d'accès (généralement 25 mais renseignez-vous auprès de votre fournisseur) et vos identifiants de connexion (pas toujours nécessaires, renseignez-vous).
embed12.png

Dans M2M, on accède aux 3 dernières pages de paramétrage : celle des notifications push automatiques, celle du ping watchdog, et celle du réglage du port de communication TCP, c'est-à-dire le port où les commandes TCP du protocole M2M de GCE Electronics peuvent être envoyées. Par défaut le port est le 9870, je vous conseille de ne pas le modifier à moins de bien savoir ce que vous faîtes.
embed13.png
Dans la page de réglage du push, on pourra indiquer 2 types de push automatiques : le push sur évènement (on events) et le push régulier (on time). Il faudra indiquer le serveur sous la forme www.serveur.com (donc sans http://), le port d'accès (généralement 80) et si oui ou non on active le push. Le "path" correspond à la suite de l'adresse à composer pour envoyer un push. Dans le cas d'un push on time, il faudra ensuite indiquer le temps d'intervalle entre 2 envois de push.
embed14.png
Dans la page de réglage du ping watchog (littéralement chien de garde par ping) on accéde aux réglages du chien de garde. Choisissez une adresse IP à surveiller, la fréquence de ping en secondes, le nombre d'essai si échec et enfin la sortie à commander en cas d'essais infructueux.
embed15.png

Enfin, le menu UPLOAD NEW SITE vous permet de charger un nouveau site web compilé (fichier bin) dans la mémoire de l'IPX. La page est toute simple, il vous suffit d'indiquer l'emplacement du fichier sur votre machine, puis de cliquer le bouton adéquat.