Le principe est le suivant : il vous faut tout d'abord une sonde de température reliée à 2 entrées analogiques. Chaque entrée sera réglée en mode thermostat (par exemple Tmin=16°C et Tmax=17°C pour le mode nuit), avec assignation à une sortie différente. Nous utiliserons ensuite une sortie, pilotée par timer, pour choisir la consigne à appliquer, et donc la sortie à utiliser pour alimenter le chauffage. Dans notre exemple, c'est la sortie 1 qui permet le choix entre mode nuit et mode jour : c'est donc elle qui pourra être pilotée par un timer ou par un détecteur de présence en entrée numérique. Selon sa position, elle alimentera donc la sortie 2 ou la sortie 3 : la sortie 2 pourra correspondre au mode jour, il faudra donc l'assigner à une des deux entrées analogiques câblées et réglée en thermostat Tmin=20°C Tmax=21°C. La sortie 3 correspondra alors au mode nuit. Ci-dessous le schéma de principe.
nsch30.png
Il existe une petite astuce simple à mettre en place, si vous souhaitez tout simplement rajouter un bouton "ON/OFF". Pour cela, vous pouvez shunter la mesure analogique du capteur en la remplaçant par le +3.3V de l'IPX800. La mesure sera alors fausée, l'IPX800 croira qu'il fait 50°C dans la pièce, les sorties seront donc coupées quel que soit le mode (jour ou nuit) et quelle que soit la température réelle dans la pièce. Vous venez donc d'éteindre le chauffage. En actionnant à nouveau l'interrupteur, vous renvoyez la température réelle, le chauffage est ON, prêt à se déclencher si nécessaire. Ci-dessous le schéma de principe.
nsch30b.png
Pour terminer, n'oubliez pas que les sorties de l'IPX ne tolèrent guère plus de 1000W en fonctionnement nominal. Si votre chauffage est plus puissant, il faudra passer par un relais de puissance, comme le contacteur jour/nuit de votre chauffe-eau. Le même modèle fera très bien l'affaire pour assurer l'intermédiaire entre votre IPX800 et votre chauffage de 2000 ou 3000W.